X
top

Biographie

La vie de l’artiste

Moseka Yogo Ambake, Lady Mosky, est une peintre et céramiste belge originaire de la République démocratique du Congo (RD Congo), née le 29 août 1956 à Kinshasa (Ex-Zaïre) et décédée le 6 mai 2019 à Bruxelles.

Durant son enfance, elle a étudié à l’ISEM (Institut Saint-Eugène de Mazenod) à Kinshasa, mais le contexte économique et social du pays lui impose d’abandonner ses études pour travailler avec sa mère. Bien qu’impressionnée dès son plus jeune âge par les nombreuses fresques de Tekilazaya, un artiste congolais dont elle contemple les œuvres avec beaucoup d’admiration dans divers lieux de Kinshasa, Moseka se tourne d’abord vers le théâtre et travaille avec le célèbre maître « Taureau ». Elle persévère deux ans dans ce métier dont elle se rappelle qu’il fut très intéressant.

C’est à cette même époque qu’elle rencontre son mari, Thierry Dartois, architecte d’intérieur avec qui l’art trouve naturellement sa place dans le foyer. Elle se met au même moment à échanger avec Théo Verwilghen, aquarelliste renommé, intéressé par l’originalité de ses premières œuvres. Moseka peint d’abord des intérieurs, peuplés de canapés et de coussins où apparaissent des personnages. Lorsque le ménage déménage au Mont-Ngafula, une colline en dehors de la ville, Moseka se met à énormément peindre pour le plaisir et à offrir ses œuvres à ses ami(e)s.

Sa vocation s’affirmant, il fut question pour elle de suivre une formation plus systématique à l’académie des beaux-arts. Monsieur Théo Verwilghen, professeur à l’académie, fut catégorique : « Non, vous allez gâter votre talent ! ».

Hommage de Monsieur Benoit Quersin, décédé, à son oeuvre :
« Moseka, voilà dix ans que nous habitons Mont Ngafula à cent mètres l’un de l’autre. Chaque fois que je te visite, tu peins entourée de tes enfants. J’ai vu apparaître tes tableaux l’un après l’autre avec étonnement, tant ils étaient loin des conventions et des archétypes. Dans ta peinture, comme dans ta vie, le réel se confond avec le rêve, le surréel avec le quotidien. Ta liberté de pensée, ta spontanéité, nous livrent une œuvre que les blasés de la vie appelleront peut-être naïve. Pour moi, tes rêves et tes visions sont universels. J’aime aussi ta technique qui renoue avec la tradition de la peinture à l’huile par une transparence qui donne tout son mystère à l’image de l’homme et des choses. Tu nous transmets le merveilleux qui est en toi. Merci Moseka »

Ce site -tant le contenu que les oeuvres- sont protégés par le droit d'auteur avec ou sans mention de copyright ou indication « tous droits réservés ». Toute reproduction est strictement interdite.